La journée contre le SIDA.

 

C’était hier. Bon, j’ai un peu de retard, mais, soit.

 

Depuis hier, j’ai enfin le petit ruban rouge à épingler sur ses vêtements.

 

J’avais déjà le rose, pour la recherche contre le cancer du sein. Ça en fait un de plus à ma collection.

 

Je voudrais revenir sur certaines idées reçues que les gens (je voulais écrire jeunes, mais, non, en fait, même les moins jeunes en ont) peuvent avoir.

 

Moi-même, j’écris cet article tout rose-bisounours, mais, je n’ai jamais rencontré de personne atteinte par ce syndrome. Je ne peux donc pas affirmer que je réagirais « comme il faut ».

 

Mais, un peu d’info ne peut pas nuire.

 

Je vais aborder des points que ma petite sœur m’avait confiée il y a quelques mois (heureusement, d’ailleurs, qu’on en a parlé pour que je puisse rectifier certaines fausses mais aussi dangereuses idées).

 

D’abord, oui, le SIDA et les maladies sexuellement transmissibles peuvent s’attraper dès le premier rapport sexuel. Ma sœur pensait, naïvement, que non, la première fois, on ne risque rien. Dans le même ordre d’idées, pour elle, on ne risquait même pas de tomber enceinte, la première fois.

 

Ensuite, non, la pilule contraceptive ne protège pas contre le SIDA. Elle permet juste de se prémunir d’une grossesse (et encore, avec un taux d’efficacité qui s’approche des 100 % mais sans l’atteindre réellement). La seule façon de se protéger est d’utiliser un préservatif à chaque rapport sexuel (attention : la protection n’est pas parfaite. Mais, c’est le moyen le plus efficace connu actuellement) tant qu’on n’est pas certain que son compagnon n’est pas atteint. La seule façon d’être certain, c’est de faire un test sanguin. Mais, il est aussi essentiel d’avoir confiance en l’autre. Si l’autre va voir ailleurs, sans protection, on peut être contaminé à son tour. Vigilance, donc.

 

Non, ce n’est pas une maladie « de Noirs » ou « d’homosexuels ». Le SIDA s’attaque à tous les êtres humains, sans différence de couleur de peau, d’origine ethnique ou de préférence sexuelle.

 

Oui, on peut attraper le SIDA si on le fait « par derrière » (je cite). Le SIDA n’est pas une maladie liée au sexe mais au sang. Le fait d’avoir un rapport sexuel non protégé nous expose au risque de contamination à cause du fait que les zones sexuelles sont particulièrement irriguées et que beaucoup de sang passe par là. (Pour faire schématique).

 

Non, on ne peut pas attraper le SIDA en embrassant une personne contaminée. Ni en buvant au même verre ou en mangeant dans la même assiette. Et encore moins en respirant le même air ! Encore une fois, c’est une maladie qui s’attrape par le sang. Il n'y a donc aucune raison de traiter les personnes séropositives différemment que les autres. D'autant que souvent, elles n'ont pas demandé à être contaminées. Soyons clairs.

 

Dans la même veine, non, on ne peut pas attraper le SIDA parce qu’une personne contaminée nous crache dessus.

 

Oui, on peut attraper le SIDA autrement que par le sexe. De nombreuses personnes ont été contaminées par transfusion sanguine. Une mère séropositive peut transmettre le SIDA à son bébé. Un drogué peut attraper le SIDA en utilisant la même seringue qu’une personne atteinte par le SIDA. Les exemples sont nombreux. Mais, tant qu’il n’y a pas d’échange sexuel ou sanguin, il n’y a pas de risque.

 

Non, le SIDA ne se soigne pas encore. Il existe des traitements pour empêcher le virus de se développer ou pour soigner certains symptômes. Mais, si on attrape le virus, dans l’état actuel des choses, c’est pour la vie. Prudence, prudence !

 

J’ai fait le tour, je pense, des idées reçues de ma sœur. Mais, peut-être en existe-t-il d’autres ?

 

Et vous ? Avez-vous déjà entendu des idées reçues sur le SIDA ?